L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, LA PUISSANCE DE DEMAIN

QUELQUES CONSTATS DANS UN MONDE EN CONSTANTE MOUVANCE

Stephen Hawking a dit : « Les formes primitives d’intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine ». Il ne se passe pas un jour sans que l’on en parle. L’intelligence artificielle (IA) est omniprésente dans notre quotidien et ce n’est que le début, elle deviendra vite indispensable. Elle répond déjà à nos questions sur notre téléphone, pilotera nos voitures, gérera sans doute mieux que nous notre maison, permettra de lutter contre le cancer, ou bien aidera notre planète à survivre. Mais elle sert également à des objectifs moins louables comme la notation sociale en Chine ou la surveillance généralisée. C’est ce qu’affirme Stephen Hawking tout en faisant part du sentiment de méfiance au fond partagé communément par tous. Mais avant d’en arriver au point où l’IA pourrait prendre le contrôle de l’être humain, il faut réfléchir à comment l’IA peut être bénéfique dans nos usages actuels en la maîtrisant.

On ne sait pas de quoi demain sera fait. Et c’est bien cette raison qui m’a poussée à faire ces recherches. Je suis partie de trois constats. 

L’IA n’est plus une science-fiction, elle a belle et bien investi le monde réel et celui de l’entreprise mais faut-il encore vouloir et savoir en faire bon usage. Ceci est mon premier constat. L’IA est perçue comme une puissance qu’il faudra savoir dompter demain. Avec sa capacité d’automatisation et d’apprentissage, l’IA se diffuse aujourd’hui dans toutes les activités de l’entreprise : de la logistique à la relation client, en passant par la chaîne de production, les ressources humaines ou encore la recherche. De nombreux dirigeants sont attirés par l’IA et souhaitent savoir comment cette technologie peut aider leur société à se transformer, automatiser et optimiser certains de leurs processus. L’utilisation des données personnelles associée à l’usage de l’IA, déclenche deux réactions contradictoires : un engouement des bénéfices apportés et une méfiance sur l’impact en tant que citoyen ou collaborateur. L’enjeu des entreprises est de trouver l’équilibre entre ces deux réactions, dans un monde en constant changement où les limites peuvent être vite repoussées. Supposons, que je ne m’y intéresse pas, je resterais ignorante face aux opportunités de l’IA. Ou pire, dans la perte de contrôle de l’utilisation de mes données personnelles en me satisfaisant des services non éthiques proposés par une entreprise. Je ne souhaite pas vivre en subissant le monopole des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ou autres multinationales sans essayer de participer à l’amélioration du quotidien de chacun. Nous vivons dans une société où les informations circulent plus vite, où tout peut-être remis en question et où les multinationales peuvent rapidement prendre « le contrôle de la société » en corrélation étroite avec les États. Il est aussi dans notre pouvoir en tant que citoyen, consommateur, et collaborateur d’appréhender différemment cette fracture technologique et de faire en sorte que le monde de demain fasse bon usage de l’IA. C’est pourquoi la citation de Stephen Hawking est avérée et partagée.

Le Top 25 des entreprises les plus valorisées au monde en 2019 par Kantar Millward Brown

Le deuxième constat est lié à notre quotidien et à notre bien-être. Combien d’entre nous, peuvent se payer le luxe de prendre le temps de chercher longuement la tenue parfaite pour un événement, ou sillonner nombre de sites pour trouver la table et les chaises idéales, tant désirées pour notre nouvelle cuisine. Notre quotidien est devenu complexe dans un environnement de surinformation, sans omettre aucun détail relatif au travail, aux enfants, aux loisirs, à l’administratif, et à la maison.Tous les jours, des nouveaux produits, services, marques apparaissent et le consommateur ne sait plus, où donner de la tête. Le consommateur souhaite qu’on lui simplifie la vie en lui procurant de la valeur, qu’elle soit naturelle ou émotionnelle. Il en va de même au travail, le collaborateur rejette souvent le fait d’accomplir des tâches répétitives sans aucune valeur ajoutée. Une entreprise aujourd’hui cherche à optimiser ses process tout en facilitant le quotidien de ses collaborateurs afin de leur permettre d’exceller dans leur domaine. Les entreprises l’ont bien saisies et souhaitent faire de leur priorité, l’expérience client. C’est pourquoi, je m’intéresse à ce sujet.

Dernier constat, depuis deux ans, la course à l’usage de l’IA affole les entreprises par peur de rater le coche en investissant parfois des millions sans réfléchir efficacement à son intégration. Les expériences, les échecs, les réussites, les créations, les algorithmes complexes se sont accumulés au point où aujourd’hui les multinationales se les arrachent.Tout le monde veut utiliser l’IA. Mais certains oublient qu’il faut partir de l’usage et non de l’outil. Comme toutes sciences technologiques, elle fait face à des échecs. On se rappelle du chatbot Tay, l’assistant conversationnel de Microsoft, ayant tenu des propos sexistes et antisémites. L’idée était de montrer à quoi pouvait ressembler un robot de discussion intelligent de manière divertissant ! Mais ce divertissement s’est vite transformé en cauchemar puisque l’algorithme était entrainé à partir des discussions des utilisateurs de Tay. Courant 2018, toutes les entreprises se sont ruées pour mettre en place un chatbot et y intégrer de l’IA. Mais ils se sont rapidement confrontés à plusieurs freins : un manque de compétences, de données et d’objectifs. Les entreprises en majorité, n’ont pas encore pris connaissance et organisé leurs données et sans cette étape l’utilisation de l’IA n’aura aucune pertinence. Il ne faut pas perdre de vue que l’IA permettra de répondre à des problèmes seulement s’ils sont identifiés et qu’une feuille de route est établie avec des données de qualité. 

Tay, intelligence artificielle et agent conversationnel par Microsoft laché le 23 mars 2016 sur Twitter

Mon objectif est, par ces recherches, d’aiguiller les entreprises, notamment les grands groupes, dans une intégration efficace de l’IA, pour pouvoir répondre aux attentes des consommateurs. Si demain, une entreprise parvient à maîtriser la mise en place de l’IA dans son axe stratégique, elle pourra créer de la valeur autant pour le consommateur que pour elle-même. L’un des enjeux majeurs est de savoir : comment une entreprise peut- elle intégrer l’IA au sein de sa stratégie de développement en faveur d’un parcours client unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *